skip to Main Content

Court séjour en Cappadoce

Déjà plus d’un mois que nous sommes en Turquie et je ne sais pas trop quoi écrire. Ce n’est pas qu’il se passe rien, mais au contraire, il y a tellement de choses que je ne sais pas par quoi commencer. Il y a trois grandes régions touristiques en Turquie : Bodrum (la côte d’azur turc), Istanbul et la Cappadoce. Nous sommes arrivés à Bodrum. J’ai visité Istanbul en octobre avec ma mère. Il me restait donc la Cappadoce et ses fameuses montgolfières. Direction la Cappadoce!

En suivant le long de la côte sud, nous croisons plusieurs complexes hôteliers assez immenses. Nous décidons de quitter la côte pour nous éloigner des touristes et … ah oui, nous éloigner de la Syrie. Nous sommes quand même loin, mais on ne veut pas prendre de chance. En quittant la côte, le nombre de touristes chute drastiquement. Ce qui fait en sorte que les gens sont extrêmement curieux. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de fois qu’on se fait inviter pour prendre du çay (thé, prononcer tchaï). Je dois boire au moins 10 petits verres par jour. C’est vraiment fascinant de voir la culture du çay ici. Dans les grandes villes comme Konya, il y a des livreurs de thé. Par exemple, on se fait inviter pour du çay dans un magasin. Le propriétaire appel « je ne sais pas qui » et un enfant (souvent syrien) de 12 ans arrive avec un plateau et des verres remplis de çay. Je n’ai aucune idée comment il paye. Il doit y avoir un système de facture mensuelle. Lorsqu’on s’arrête dans la rue et on observe attentivement, on se rend compte qu’il y a plusieurs petits enfants qui court à droite et à gauche pour livrer le thé.

Arrivée en Capaddoce

Juste avant d’arriver en Cappadoce, nous avons eu la chance de visiter une ville souterraine. Je n’avais aucune attente et j’ai été très impressionné! De l’extérieur, tout semble normal. Par contre, lorsqu’on commence à s’engouffrer à l’intérieur. On voit que c’est 13 étages sous la terre pouvant accueillir près de 20 000 personnes. C’est immense à visiter. Et pourquoi construire 13 étages? C’était un refuge pour les chrétiens grecs afin d’éviter de se faire tuer par les romains il y a près de 2000 ans.

Nous continuons tranquillement notre route vers la Cappadoce. Une des choses qu’on remarque en premier est la présence de grottes troglodytes un peu partout. On se sent comme Indiana Jones en visitant les grottes comme si nous étions les premiers à les découvrir. Je m’imagine rentrer dans une grotte et découvrir la cité d’or et devenir mondialement connu. Eh non, c’est plutôt des graffitis du genre « John was here. 1994 » que je découvre.

Ce qui est impressionnant en Cappadoce, c’est le potentiel d’activité de plein air. Les paysages sont tellement beaux. Il y a plusieurs vallées où l’on peut marcher, faire du VTT ou du vélo de montagne. Les sites pour installer la tente sont à l’infini. De toute façon, le camping sauvage n’est pas illégal en Turquie. On peut installer notre tente où l’on veut. En théorie, les policiers ne peuvent rien faire contre nous. Une des vallées que nous avons visitées est la « love » valley. Cette vallée est connue pour ses roches en forme…. de phallus. Certains touristes profitent de la forme des rochers pour prendre des photos dans des positions douteuses et mettre à profit l’effet de profondeur.

Finalement, le clou du spectacle en Cappadoce est lorsqu’on se lève à 4h30 du matin pour aller voir les montgolfières décollées. Et là, c’est une chasse au trésor. Il faut trouver le plus bel endroit pour voir les montgolfières. Chaque endroit a des avantages et des inconvénients. On peut trouver un endroit sauvage où l’on sera seul, mais qui n’est pas le plus beau. On peut aussi trouver un endroit super beau, mais plein de touristes. Dans notre cas, nous nous sommes levés deux matins pour aller voir deux  endroits différents et la vue y était incroyable!

Par contre, ce n’est pas vrai que, voyager à vélo, c’est toujours des paysages de cartes postales et des moments joyeux. En quittant la Cappadoce, nous sentons un changement de mentalité. Plus on se dirige vers l’est, plus les gens sont conservateurs. Les femmes sont de plus en plus voilées. L’alcool devient plus difficile à trouver, voire impossible. Durant les repas, la femme prépare tout pendant que l’homme reste assis à table. Les hommes mangent, puis les femmes mangent ce qui reste. Et pour eux, tout semble normal. Moi, ça me rend extrêmement mal à l’aise. C’est là qu’on voit qu’il reste du chemin à faire quant à l’égalité des sexes dans le monde.

Maintenant, de quoi vous parlerais-je dans le prochain article? Est-ce que ce sera de la fois où on s’est fait inviter à boire un thé par un groupe d’hommes armés qui ne semblaient pas être de l’armée? Ou cette fois où l’on s’est fait escorter par un véhicule blindé à notre site de camping? Ou bien la fois où un homme habillé en civil est sorti de sa fourgonnette avec un Ak-47 pour nous dire qu’on ne pouvait pas faire de camping ici? Il faudra attendre le prochain article!

Cet article comporte 4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top