skip to Main Content

Hors-série #4 : le soleil dans l’orage

Ou la fois où j’ai vu un rayon de soleil percé l’orage.

Wow! Cette anecdote, je vais m’en rappeler toute ma vie je crois. On pédalait en Grèce en direction d’Athènes. Il commence à pleuvoir. Nous ne savons pas où dormir encore. On arrive dans un premier village et nous demandons à une dame qui passe en voiture si elle connaît un endroit où on pourrait dormir à l’abri. Elle nous dit que non. Bon, on ne baisse pas les bras. Il pleut de plus en plus fort. Nous demandons à un monsieur, il nous propose d’aller voir dans le village à côté, mais nous arrivons de ce village. Nous n’avons pas l’intention de retourner sur nos pas. La pluie s’accentue de plus en plus. Nous essayons une dernière fois en cognant à une porte. La dame qui nous ouvre refuse qu’on dorme sous le porche. Nous voulons seulement être à l’abri de la pluie! Nous quittons en direction d’Athènes. En pédalant, nous croisons une maison en construction. Dans le pire des cas, nous nous disons que ce sera à cet endroit-là que nous dormirons. Par contre, pratiquement tout mon linge est mouillé. Avec l’humidité, mon linge n’aura pas le temps de sécher pour le lendemain. À ce moment, je suis un peu démotivé parce qu’il fait de plus en plus sombre et que je crains que nous allons dormir sous la pluie avec notre linge mouillé.

Nous croisons, par la suite, une maison assez grosse avec un portail qui bloque l’accès. Habituellement, ce sont les gens les moins fortunés qui donnent le plus. On s’arrête quand même puisqu’il y a de la lumière à l’intérieur (il fait noir à ce moment). Rémi croise le regard d’une personne à l’intérieur et lui fait un signe de la main. Puis, soudain, le portail électrique s’ouvre. Nous avançons tranquillement vers la porte et un homme d’une trentaine d’années, Agostinos, ouvre la porte. Nous lui demandons s’il parle anglais et il répond que oui avec un anglais impeccable. Nous lui expliquons notre projet. Puis il nous demande : « Vous avez besoin de quoi? Vous avez faim? Vous voulez manger? ». Wow! En fait, c’est plutôt un hébergement que nous avons de besoin. Nous lui expliquons que nous voulons seulement être à l’abri de la pluie. Il nous explique que c’est la maison de ses parents, qu’il va aller demander à sa mère si tout est correct.

Il revient en nous disant qu’il a une solution pour nous, mais que ce n’est pas l’idéal. Il nous amène derrière la maison. Le terrain est énorme. Il y a des orangers partout. Il y a une deuxième maison juste à côté de la piscine creusée. Il nous explique que c’est la maison d’été de ses parents, mais que la femme de ménage n’a pas encore préparé la maison pour l’été. Il se sent mal parce qu’il dit que c’est sale. Ok Agostinos… il y a une chose que tu ne comprends pas… On était à 2 cheveux de dormir à l’extérieur dans la grosse pluie qui est devenu un orage assez intense pendant que tu nous montre les lits, la douche, la cuisine, etc. Premièrement, ce n’est pas sale, et deuxièmement, c’est pas mal plus que ce que nous espérions!!

Puis, il nous dit qu’il reste de la nourriture de leur repas du soir, qu’il va aller chercher tout ça. Par la suite, il nous dit qu’il y a un frigidaire à l’extérieur. Que nous pouvons nous servir autant que nous le voulons en bière, pepsi. Il revient justement avec un pichet de vin rosé en nous disant que c’est son ami qui le fait et qu’il en reste dans le frigo si nous voulons nous resservir. Des fois, le contexte fait en sorte qu’un repas est bien meilleur que ce qu’il est vraiment. Par exemple, de l’eau est bien meilleure lorsque nous avons soif. Cette soirée-là, en plus d’être excellent, le contexte a fait que ce repas sera à jamais dans mes souvenirs! Le lendemain, la mère d’Agostinos s’assure qu’on parte avec une dizaine d’oranges dans nos sacoches de vélo!

Merci à Agostinos et sa famille!

Nous avons discuté 10 minutes avec Agostinos, mais je me rappellerai à jamais de cette rencontre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top