skip to Main Content

Comment devenir saoul en 10 minutes

Paysage arménien

Après seulement une journée de vélo, nous sommes arrivés en Arménie. La météo n’a pas été de notre bord, mais je commence à m’y habituer. Je me dis qu’il ne peut pas avoir de la pluie durant un mois. Un  jour ou l’autre il y aura du soleil. C’est juste dommage de ne pas voir les paysages. Par contre, lorsqu’on les voit, ils sont super!

Lac Sevan

En arrivant au lac Sevan, on dépose les vélos pour faire du pouce vers la capitale. Pour l’aller, nous sommes tombés sur un couple d’avocats fort sympathiques parlant très bien anglais. Par contre, pour le retour, nous sommes tombés sur deux amateurs (je le crois) de rallye se  pratiquant sur les autoroutes arméniennes tout en buvant du cognac et en fumant un joint. Toute une expérience. Durant nos jours à Erevan, nous en avons profité pour visiter les sites touristiques et nous reposer.

Puis, nous avons repris les vélos pour nous diriger vers le sud. Maintenant, pour répondre à la question du titre, ce n’est pas très compliqué. Il suffit de venir faire du vélo en Arménie ou en Géorgie. Les arméniens aiment bien faire des pique-niques sur le bord de la route. Il y a absolument rien à l’endroit où ils s’arrêtent. Seulement une roche pour s’asseoir. Eux, ils se ramènent avec leur LADA qui semble arriver direct des années 1970 (sans blague…). Ils se stationnent et font un pique-nique. Malheureusement, les femmes ne semblent pas avoir reçu le rendez-vous. Donc, en passant en vélo, les chances de se faire inviter sont énormes. Et là, on nous offre à manger. C’est souvent la même chose : pain plat (lavash), légumes, fines herbes et viandes. C’est leur sandwich. Ça ne prend pas de temps pour qu’ils sortent la bouteille « d’eau ». Je mets le mot « eau » en guillemet puisque c’est ce qu’on pense que la bouteille contient. Par contre, cette bouteille est rempli de vodka locale!! C’est-à-dire qu’on ne sait pas à quel pourcentage la vodka est. Le pire est lorsqu’il y a 3 verres pour 4 personnes. Ils mettent de la pression pour que l’on prenne cul sec notre verre pour servir la 4e personne. Voilà la première façon d’être saoul en 10 minutes. Nous, on rembarque sur nos vélos. Eux, ils repartent en voiture en nous donnant la vodka restante qu’on utilisera flamber nos oignons le soir.

Vodka locale!

La deuxième façon est de faire du pouce et se faire embarquer par une famille armenio-russe qui vous invitera pour dîner. Le repas sera gargantuesque. Au début, il y aura le classique sandwich (lavash, légumes, fines herbes, beurre et fromage). Ensuite, une fois le ventre bien plein, on vous dira que vous seriez mieux d’attendre la viande. Quoi??? Ce n’est pas ça le repas? Puis une assiette énorme de viande arrivera. Ensuite, après avoir mangé pour deux personnes, on vous dira que vous seriez mieux d’attendre l’assiette de poisson. Quoi??? Ce n’est pas fini??? Et une assiette énorme remplie de poisson arrivera. Le repas sera évidemment accompagné de cognac local. À chaque verre un toast différent: pour la santé, pour les amis qui ne sont pas présents, pour les gens présents, pour une amitié entre deux pays sans problème politique, pour un monde sans frontière, etc. De retour sur la bicyclette, les jambes sont lourdes et les sacoches remplies de restants.

Une belle photo la bouche pleine!

La troisième façon est d’aller se réfugier dans une maison de campagne lorsqu’il pleut. À ce moment, l’hôte de la maison appellera ces amis qui vous amèneront à la ferme. Vous vous imaginez une ferme comme au Québec: quelque chose d’assez grand avec plein d’espace. Finalement, vous arrivez devant un wagon en plein milieu d’un troupeau de 500 moutons. C’est ça la ferme! Et à l’intérieur, deux lits assez spartiates occupés par les bergers. Puis, on sort le fromage local, le yogourt local, le pain et les œufs. Et finalement, on sort la fameuse bouteille d’eau. Attention, elle est petite. Plus elle est petite, plus c’est dangereux. Je prends un shooter et ça brûle tout le long de la gorge pendant un bon 15 secondes. Puis, ils me disent que c’est de la vodka à 90% d’alcool!!!! J’ai pris 3 shooter en 2 heures et c’était bien suffisant.

C’est ça une « ferme » en Arménie!

Ceci étant dit, c’est fascinant de voir à quel point la communication est différente entre deux personnes ne parlant pas la même langue. Des fois, nous avons de la difficulté à communiquer avec des gens parlant un peu anglais. D’autres fois, la conversation est super fluide même si la personne ne parle pas anglais. Avec les gens de la ferme, on se comprenait très bien malgré qu’ils parlaient uniquement arménien ou russe!!

Le reste de la traversée de l’Arménie s’est assez bien passée. Nous avons fait de petites distances pour retarder notre arrivée en Iran. La raison est assez simple, on voulait éviter le plus possible le ramadan. Nous arrivons à la frontière avec l’Arménie. Je donne mon passeport à la douanière qui passe un gros 5 minutes (c’est long 5 minutes) à regarder les pages de mon passeport avec une genre de loupe. Puis elle passe le document dans sa machine. Finalement, elle regarde la photo, me regarde, regarde la photo, réfléchi, me regarde, réfléchi, regarde la photo, me regarde, réfléchi et me redonne mon passeport avec le tampon de sortie. Je n’ai jamais été si près de l’Iran de ma vie!

Cet article comporte 8 commentaires
  1. Bonjour, De bien belles choses en Arménie. Quant au repas « gargantuesque » il m’a bien fait rire. Les partages de l' »eau » aussi ! L’Iran doit être formidable.
    Bonne continuation

  2. je pense que lors de votre retour il faudra prendre un rendez vous chez weight warcher je plaisante naturellement

    1. En vélo, je ne prends pas beaucoup de poids! Par contre, quand lorsque j’arrêterai, il faudra que je fasse attention!!

  3. Le wagon, est-ce que tu sais comment il est arrivé là? Il ne semble pas y avoir de rails……Et quand tu parles de la boisson locale, j’ai eu une pensée pour Roland la première fois qu’il a goûté à la bagosse (boisson locale des Iles…une recette par famille), servie dans un verre à eau….Pépé Chevarie a bu son verre…comme de l’eau justement….et Roland s’est dit: Moi aussi je peux le faire….depuis ce temps-là, il n’est plus aussi hardi…il goûte par les p’tits….

    Bon voyage et merci des partages…..

    1. Bonjour! Non je n’ai aucune idée comment le wagon est arrivé là… Ça ne m’étonne pas de Roland! Je faisais la même chose en Arménie…. mais là je suis en Iran, fini l’alcool!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top