skip to Main Content

Les surprises ouzbèks

Si je vous dis le mot Ouzbékistan, qu’est-ce que cela sonne à vos oreilles? Je ne sais pas pour vous, mais moi j’avais en tête un pays de l’ex URSS. Ce qui veut dire beaucoup de russes. Ce qui veut dire peu chaleureux et assez froid. Eh bien c’est tout le contraire de ce que j’ai rencontré!! Histoires de trois surprises!

Comment rentrer en Ouzbékistan

Bon, après avoir quitté (avec joie) le Turkménistan, je rentre dans le bâtiment pour faire étamper mon passeport par l’employé ouzbek. Il y a une trentaine de personnes qui attendent dont une 10aines assises par terre. Où commence la ligne? Comment ça marche? C’est un peu le bordel parce qu’il y a seulement un employé. Une dame assise me fait signe d’aller à l’autre bout de la pièce. J’y vais mais je ne comprends pas plus où est le début de la file. Les gens parlent russe ou ouzbek. Je ne parle ni russe ni ouzbek. Je reste environ 5 minutes et je finis par comprendre le fonctionnement. Quand une nouvelle personne rentre, elle demande qui est la dernière, on la pointe du doigt et comme cela elle sait qu’elle va passer après elle. Très ingénieux comme technique puisque cela permet d’éviter d’attendre debout. Le problème est que je ne sais pas qui est avant moi et je ne sais pas comment le demander.

Un moment donné, une des personnes qui attend me regarde et me dit « Touristes? ». Je trouve ça toujours drôle quand on me pose cette question lorsque je suis habillé en habit de vélo : cuissard, maillot de vélo, chapeau de cow-boy pour le soleil et teint pâle (pour eux). Je réponds « Da, tourist ». Et puis il commence à parler fort et ça doit ressembler à quelque chose comme : « Attention, tout le monde, c’est un touriste ». Les gens me regardent « Ooohhh, il y a un touriste!! Laissez le passer ». Et la file s’écarte pour me laisser passer devant tout le monde. Je n’aime pas trop ces situations mais ils sont tellement contents. Quand ils voient mon passeport français, il me félicite en disant « Worldcup champion ». Comme si c’était moi qui avait compté les buts. Et c’est par des félicitations du douanier que je reçois mon étampe ouzbek.

La chaleur

Mon record personnel!

Mon plan est de rejoindre Boukhara en une journée. Ce que je n’avais pas pris en compte, c’est la chaleur extrême!! C’est épouvantable. Je n’ai jamais senti une chose semblable. Depuis 9h00 que la température est au-dessus de 40 degrés Celsius. Avant de traverser la frontière, un turkmène m’a donné deux bouteilles d’eau gelées. Il me dit « Inquiète-toi pas, à 9h00 tout sera dégelé ». Pardon??? Je suis Canadien!!! Je ne suis pas conçu pour ce genre de température!! Je bois beaucoup d’eau, mais elle devient rapidement chaude et je n’aime pas boire de l’eau chaude. En fait, elle est déjà chaude au départ. Je l’utilise pour me rafraîchir le visage mais elle brûle ma peau tellement le soleil la réchauffe. Je n’ai pas trouvé de bureau de change donc je ne peux pas acheter d’eau froide. Chaque coup de pédale est difficile. J’ai juste envie d’arrêter, me coucher et dormir. Par chance, tout le long du chemin, les gens me saluent avec un grand sourire et me demandent :

откуда? (Atkuda?)

C’est  LA question la plus posée en Asie centrale. Cela veut dire d’où viens-tu en russe. Et je réponds « Ya canadiets ». Ensuite ils enchaînent avec « Ti gavarish paruski?? ». Qui veut dire « Tu parles russe?? ». Et moi « Niet, ya nie gavarou paruski ». Et eux de continuer sur un monologue en russe que je ne comprends pas. Depuis environ trois semaines que j’écoute un podcast pour apprendre le russe. J’ai l’air un peu fou en pédalant puisque je dois répéter certaines phrases. Imaginez voir un cycliste à Montréal se promener et l’entendre dire « C’est mon père. C’est ma mère. C’est mon ami Mark. Mon nom est Alexandre. J’aime le caviar. J’habite à Montréal ». Tout ça ne fait aucun sens, mais ces petites phrases vont me permettent de discuter légèrement avec les locaux d’Asie centrale.

Je continue en direction de Boukhara et je me fais donner des raisins et des pêches par 4 dames dans un taxi! Wow! C’est toujours agréable se faire donner des fruits. Pour dîner, on m’invite et je ne peux pas trop dire non. Je continue tranquillement ma route et j’ai très soif. Le vent et la chaleur assèche ma bouche. Je rêve de me baigner ou d’une bonne bouteille d’eau froide. Puis, je vois des ouzbeks assis à une table sur le bord de la route. Ils me font signe de venir comme la majorité des ouzbeks que je croise. Je me dis que je vais au moins remplir mes bouteilles d’eau. Je vois au loin qu’ils sont en train de manger quelque chose. On dirait un bloc d’une couleur assez pâle. La première idée qui me vient en tête est que ça ressemble à du fromage. Je n’ai pas du tout envie de manger du fromage à cette température. Finalement, je suis assez près et réalise qu’ils sont en train de manger…. de la crème glacée!!!!!! Et ils me donnent une cuillère pour que je puisse me servir. Je n’ai pas de mot pour décrire cette crème glacée et le bien mental qu’elle m’a fait! C’est sur ces belles rencontres que j’arrive à Boukhara, une des 3 villes à ne pas rater en Ouzbékistan, assez épuisé. Je suis hébergé dans une famille ouzbek.

Le scorpion

Je parlais avec mon frère au téléphone. Bien relaxe, assis, un peu penché en arrière, maître de la situation. La vie est belle. La dame chez qui je suis hébergé vient me voir.
– Alex, peux-tu venir tuer le scorpion?
– Le SCORPION???????????????

Je raccroche aussitôt avec mon frère.

Moi (dans ma tête)
C’est quoi cette affaire de scorpion!!!! Est-ce que j’ai l’air de « Crocodile Dundee » moi???? Quand j’ai passé la frontière, personne ne m’a avisé qu’il y avait des scorpions dans ce pays-là!!!!

Moi (en réalité)
Bennnnnn ouiiii……. Relaxe fille…. C’est juste un scorpion…. Ça jamais tué personne…

Elle me donne un soulier pour que j’écrase le scorpion… Un soulier… T’es comique toi… Voir que je vais mettre ma main à 30 cm d’un scorpion… Tout le monde sait que ça peut sauter et venir me piquer dans l’œil à cette distance là… Je prends un balai et j’arrive dans la pièce. Finalement, ce n’était pas un scorpion, mais une simple tarentule… J’ai frappé avec le balai de toutes mes forces… Vous connaissez le jeu des marmottes à la Ronde? J’aurais brisé la machine. Bonnnnn, okkkk… Je n’ai pas réussi à la tuer sauf que ça faisait partie de ma stratégie machiavélique. Elle a eu la chienne de sa vie!!! Et là, elle va retourner chez elle et dire à toute sa famille qu’il y a un fou avec un balai dans cette maison. Et sa famille va passer le mot à tous leurs amis. BAM fini les araignées!!!! C’est qui le cave???? Je reste disponible si jamais vous avez besoin d’un exterminateur.


Voilà mon introduction à l’Ouzbékistan! Une agréable surprise! Surtout avec les locaux! Par contre, comme vous pouvez le constater, j’ai seulement mis une photo. Je me répète, mais mon appareil photo a brisé lorsque j’étais au nord de l’Iran. Par contre, la bonne nouvelle est que je me suis racheté un appareil! Je viens de résumer 2 semaines de réflexion et de débat avec Fujifilm. Je vous épargne les détails. Le plus important est que vous aurez pleins de photos dans le prochain article qui portera sur la visite de ce pays!!

Cet article comporte 6 commentaires
  1. Bonjour Alexandre, Ah Ah, je constate que le titre de ton blog vient d’être actualisé…. je vais donc profiter de ces dernières semaines pour profiter de la lecture de tes aventures, rencontres et exploits ET photos ! Biz, Chantal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top